EN PROVENCE

Un mas en osmose avec la nature

Lumineuse et ouverte sur le paysage, la maison de Laurence et Yves, située dans un petit village des Alpilles, respire le confort et l’élégance. Positionnée en hauteur et appuyée à la roche, elle offre un point de vue époustouflant.

Reportage Céline Hassen. photos édith andreotta.

 

En 2011, quand ils visitent la maison, le couple découvre un intérieur très vétuste qui est resté dans son jus depuis les années 1950, avec toute une partie nord non aménagée. L’ancienne propriétaire, très âgée, n’occupait d’ailleurs que deux pièces de cette vaste demeure de 280 m2. Le jardin, d’une superficie de 3 000 m2, était totalement à l’abandon. La bâtisse repose sur des fondations très anciennes. Elle est partiellement encastrée dans un rocher, comme le prouvent les salles voûtées en rez-de-jardin. Elle a été agrandie et rehaussée au XXe siècle par de hautes façades de pierre. Pour la rénover, Laurence et Yves font appel à l’architecte DPLG Hugues Bosc, réputé dans la région. « La maison était sombre, très repliée sur elle-même, il fallait ouvrir et faire entrer la lumière et le paysage. Comme dans une toile de Cézanne : des pins au premier plan, des toits de tuiles au second et les Alpilles au loin… », décrit la propriétaire. Ce projet a nécessité une année d’études. Hugues Bosc a su restaurer le bâtiment en respectant sa simplicité d’origine, en supprimant les ajouts récents et peu esthétiques, en créant des ouvertures en parfaite harmonie avec le style provençal et en ajoutant une loggia à l’italienne qui éclaire et égaye sa longue façade. « Il était important d’étendre l’habitation existante dans les volumes non aménagés et de reprendre complètement les circulations verticales en créant deux escaliers », explique l’architecte. Le cahier des charges des propriétaires reposait principalement sur le nombre de chambres et l’espoir de tirer le meilleur parti de ces volumes compliqués.

 

La distribution actuelle présente donc un niveau supérieur,  de plain-pied avec l’entrée haute. La cuisine et le cellier se trouvent à l’étage intermédiaire, et de plain-pied avec une terrasse végétalisée, côté nord-est. L’étage inférieur est composé, lui, d’un vaste salon et d’une entrée avec une ouverture qui mène à la piscine. Pour l’aménagement, Laurence, aidée de la décoratrice France Loeb, a privilégié l’éclectisme en mixant quelques pièces anciennes avec des œuvres d’art plus contemporaines et du mobilier design comme la table et les chaises « Tulipe », d’Eero Saarinen dans la cuisine. L’ensemble des sols est en travertin, une pierre qui conserve la chaleur l’hiver et la fraîcheur l’été. Dans les chambres, c’est le parquet qui a été choisi pour son côté plus chaleureux. Si l’intérieur a été aménagé avec goût, le jardin a été particulièrement soigné : ses multiples restanques sont couvertes de roses, de jasmin et de romarin. On doit son architecture (et sa beauté) au paysagiste Thomas Gentilini. Aujourd’hui, Laurence et Yves passent les trois quarts de l’année dans leur maison où bien-être et contemplation sont les maîtres mots..

 
 
 
Grâce à l’intervention de l’architecte Hugues Bosc et du paysagiste Thomas Gentilini, cette belle endormie est aujourd’hui placée sous le signe du confort et de l’élégance. Elle est sublimée par une végétation principalement composée de rosiers blancs… Bains de soleil, Boutique VO (Eygalières)
Dans le salon, les oeuvres d’art contemporain s’associent à des objets plus anciens : une lampe en porcelaine de Chine ou encore une table à opium du XIXe siècle, qui fait désormais office de table basse… Canapés, Caravane. Tapis, Codimat Collection. Grand tableau des frères Tobias. Coussins, Pénates (Saint- Rémy-de-Provence). Sculpture « Mouvement CoBra », de Reinhoud . Tableaux verticaux, de Claude Viallat.
De nombreuses portes-fenêtres éclairent le salon qui baigne dans des tonalités claires, quelques touches de couleurs sont apportées par les tableaux et les coussins… La décoratrice France Loeb a choisi les teintes ainsi que les rideaux pour l’ensemble de la maison.
La vaste cuisine, aux teintes douces, est dotée d’un sol en travertin qui fait écho au coloris des aménagements en bois peint. La table accueille des céramiques de diverses époques, rehaussée d’une suspension contemporaine. Cuisine, Grange. Robinetterie, Grohe. Piano et four, Falcon. Table et chaises «Tulipe », design Eero Saarinen, Knoll. Luminaire « Cloud »,de Franck Gehry, Belux.
Laurence, escortée de Ike, monte l’escalier également réalisé en travertin. Le sol a inspiré la couleur des murs, adoucis par un effet de plinthes coloris ivoire et réalisés à la chaux pour un effet plus traditionnel.
La chambre affiche une décoration sobre et chic. Sur les étagères, les sculptures « Idoles », signés Philippe Mayaux, veillent… Une petite terrasse permet de se détendre face aux Alpilles. Lampe de chevet glanée à Venise. Coussin sur fauteuil et plaid, Pénates (Saint-Rémy-de-Provence). Fauteuil, Philippe Hurel. Sur le lit coussins, Nobilis.
La terrasse, végétalisée et joliment ombragée, offre une vue imprenable sur Le Luberon à l’est, et les Alpilles au sud-ouest… Le couple y prend quasiment tous ses repas, entourés d’une multitude de roses blanches (paysagiste Thomas Gentilini). Plaid et linge de table, Atelier Carpe Diem (Eygalières). Fauteuils glanés à Eygalières. Vaisselle en porcelaine d’Apt. Verres réalisés par le souffleur de verre de Saint-Rémy-de-Provence.
La nature est omniprésente surtout les rosiers qui, aux beaux jours, envahissent l’espace et créent des tableaux vivants tout autour de la maison.