Notre client, M. Eloi Dürrbach produit « un vin de renommé mondiale, dont les crus n’ont pas besoin d’une appellation pour se vendre. Il sait s’imposer les contraintes nécessaires, il est un pionnier de la culture biologique et défend une manière de faire avant tout intuitive ». (Article du monde 2012).
L’extension a voulu être l’incarnation de cette philosophie.

Le DOMAINE DE TREVALLON est un site exceptionnel en plein cœur des Alpilles entre Saint-Rémy de Provence et Saint-Etienne Du Grès. Trois vallons qui s’étirent dans les Alpilles à la manière d’une main.
L’exploitation est en bordure d’une voie romaine La VIA DOMITIA.

Face au développement de l’activité du DOMAINE DE TREVALLON, la capacité actuelle de l’exploitation nécessite un agrandissement indispensable de sa cave.
Pour le bon fonctionnement de l’exploitation et pour des raisons techniques, cet agrandissement doit être dans le prolongement de l’existant.
Ainsi le projet s’inscrit tout naturellement et très exactement sur l’emprise de la cave souterraine existante.
Le projet concerne la création de 285.94 m2 de SHOB pour un bâtiment agricole classique de par sa forme et ses proportions.
Il est divisé en deux parties distinctes :
- La cave, dont les cuves et leurs passerelles imposent une hauteur en bas de pente de toiture de 6.95 mètres.
- Le stockage des fûts. N’ayant pas de contrainte de hauteur, cette partie vient dans la continuité de toiture du bâtiment existant.

Façade Sud :

Les contraintes thermiques imposent à cette cave une réponse efficace en matière de protection solaire et une attention toute particulière au traitement des ouvertures de cette façade. Ainsi le mur Sud est fait en pisé pour ses vertus d’isolation naturelle et environnementale avec une épaisseur de 70cm pour une inertie de la température maximale. Les ouvertures sont prévues étroites pour permettre un éclairage naturel tout en évitant une trop grande exposition au soleil.
Pisé qui sera composé essentiellement de la terre locale, de préférence celle du domaine. Nous demanderons à l’entreprise de traiter ce mur en strates continues, comme un carottage dans le sol du Domaine, les différents mélanges de terres (Saint-Victoire, Uzès, Alpilles) renforcent cet effet.
Cette idée nous vint en transposant la manière de construire de la région maraîchère des Alpilles, où certaines maisons et exploitations sont faites en « Tapi ». Bien entendu ce mur, en plus de ses valeurs esthétiques possède des propriétés thermiques naturelles exceptionnelles.

 

Façade Est :

La façade Est sera la façade d’entrée d’exploitation de la cave, mais aussi la première façade vue depuis l’entrée du domaine. C’est une façade voulue en rupture totale avec « l’archaïsme » du pisé.
Elle est faite en métal mat pour éviter toutes réflexions et ses ouvertures sont conçues de façon à mettre en avant l’histoire et l’identité visuelle du DOMAINE DE TREVALLON. (En référence au travail du père d’Eloi Dürrbach : les étiquettes du Domaine, et les vitraux la basilique Notre-Dame de l’Espérance de Mézières).

Façade Nord :

La partie Nord-Est du projet est dédiée au stockage des futs. Elle est projetée dans la continuité de la toiture du bâtiment existant. Ainsi nous gardons un rapport harmonieux avec le reste de l’exploitation depuis le Vieux Chemin d’Arles, ancienne VOIE AURELIA.

Nous avons élaboré cette extension dans le respect de l’esprit et de l’histoire du lieu en travaillant des matériaux de  qualité environnementale.
Le versant Sud de la toiture sera entièrement photovoltaïque.

Lien vers article du Monde.fr
Lien vers le Domaine de Trevallon

La nature du sol, soit la cave souterraine existante et ses contraintes structurelle ont été pris en compte comme une donnée incontournable pour l’implantation et le principe structurelle de l’extension.
La cave souterraine existante n’a pas été construite pour pouvoir accueillir d’extension, les semelles existantes et les murs de refends ne peuvent supporter l’extension et ses cuves.
Nous avons opté pour une structure pendulaire pour alléger le plus possible les appuis de la travée centrale.

Nous avons décidé d’écarter les possibilités structurelles du pisé. Nous ne maîtrisions pas ce matériau et avons décidé de le traiter comme « protection » du bâtiment. Le mur en pisé ne sera pas porteur, il est donc détaché de la structure en acier (ce qui écarte les contraintes parasismiques, mais aussi les fissures causé par la différence de matériau). Le mur sera stabilisé par des butons relié à une longrine en béton à hauteur d’étage. L’entreprise ECOTERRE préconisera d’élargir le mur de 65cm à 70cm pour le rendre auto stable. Ce qui permet de supprimer la longrine et d’éviter ainsi les problèmes de fissurations du pisé.

La réhabilitation et la restructuration de l’existant en relation avec cette extension contemporaine est un exemple de la confrontation entre une architecture rurale et l’écho qu’elle peut avoir avec l’architecture contemporaine qui révèle une autre histoire du lieu.
Ce projet incarne notre héritage actuel : une transmission de savoirs et d’expériences qui n’impose aucun préceptes ou diktats sur ce qui est légué mais qui encourage la poursuite d’un travail engagé et qui désir son évolution.
L’idée de mettre en œuvre une conviction éthique du projet avec, comme fer de lance, une architecture véritablement écologique, ancrée dans son époque mais en continuité avec l’histoire d’un territoire et ses logiques. Plus qu’une volonté c’est un désir de société détachée de toute doctrine, que ce soit dans le bâtiment comme dans toutes choses de la vie quotidienne.
Pérenniser l’intelligence d’une architecture héritée ; continuer à la faire vivre en y intégrant les enjeux et contraintes de notre époque.
L’architecture provençale est une architecture savante car difficile à reproduire et à dépasser, écologique car faite de bon sens capitalisé et de matériaux naturels, anthropologique car adaptée à l’homme.

 

архитектор / архитектура / вино / винный погреб / Прованс / Франция / виноградник / Saint-Rémy de Provence /